Entrez une valeur
  • Netherlands
    • Dutch
    • English
  • United Kingdom
    • English
Retour

Comment faire face à la pénurie de chauffeurs – 1re partie

Nous constatons actuellement une diminution du nombre de personnes souhaitant mener une carrière de conducteur de poids lourd. La majorité de la génération actuelle de chauffeurs routiers européens est âgée de plus de 45 ans et il n’y a pas suffisamment de talents pour les remplacer à leur retraite. L’Europe fait face à une pénurie importante de conducteurs de poids lourd.

Le défi

Steve Viscelli, sociologue à l’Université de Pennsylvanie et ancien conducteur de poids lourd, résume le défi pour les gestionnaires de flotte : « Si le commerce électronique augmente beaucoup, que l’introduction de véhicules autonomes est lente et que l’industrie ne passe pas à la génération Y, nous pourrions assister à de réelles pénuries de chauffeurs dans 10 ans. » [source : Bloomberg].

La situation aujourd’hui

Selon un rapport, 6,4 millions de chauffeurs de camion seront nécessaires en Europe et aux États-Unis d’ici 2030, mais moins de 5,6 millions de personnes seraient enclins à travailler dans les « conditions actuelles des routiers ».

Pourquoi est-il difficile de recruter des camionneurs ?

Il y a 5 problèmes majeurs qui découragent les gens d’envisager une carrière de chauffeur routier :

  1. Une mauvaise image – Les films dans lesquels le conducteur de poids lourd est la star a atteint un sommet dans les années 70 avec des films tels que « Cours après moi shérif » (Smokey and the Bandit), « Le Convoi » (Convoy), et « Duel ». Dans les années 90, il n’y a pratiquement pas eu de films mettant en vedette ce métier. Conduire un poids lourd a perdu de son prestige.
  2. Des salaires bas – Les camionneurs ont l’impression que leur salaire est trop faible par rapport à leurs fonctions et responsabilités, compte tenu des heures travaillées en moyenne. Les chauffeurs de poids lourd travaillant pour des flottes dans leur pays d’origine gagnent généralement l’équivalent du salaire minimum national. À titre d’exemple, le salaire moyen d’un conducteur de camion en Irlande est de 12 euros de l’heure, ce qui correspond au salaire médian irlandais (source : Bakugls). Le Comité National Routier, un groupe de réflexion sur les transports financé par l’État français, a constaté que le coût total d’un chauffeur routier pour les employeurs varie de 16 000 euros annuellement pour un conducteur bulgare à 56 000  euros pour un routier belge (source : Bloomberg).                                                                                                                          Dans l’industrie très concurrentielle du fret routier, la pression pour augmenter les marges bénéficiaires est très forte. Le coût de la main-d’œuvre représente environ 35 % à 45 % des coûts d’exploitation (source : FleetOwner).                                               
  3. Des mauvaises conditions de travail –  L’Union européenne réglemente la durée hebdomadaire maximale du travail pour les camionneurs à 56 heures par semaine. Cependant, en réalité, les conducteurs passent souvent beaucoup plus de temps sur la route et loin de chez eux, car ils doivent inclure des périodes de repos [dans leurs heures travaillées]. Ces périodes de repos ne sont pas toujours compatibles avec les trajets longue distance et ne permettent pas de retourner chez soi pour récupérer.                                                                                                          Les cabines de camions sont parfois étroites et les équipements des arrêts routiers pour les camionneurs manquent souvent, ce qui rend difficile le maintien d’un mode de vie sain pour les chauffeurs. Éloignés de leurs familles et amis, les camionneurs mènent parfois une existence « antisociale ». En raison de ces facteurs, les flottes ont de la difficulté à conserver les conducteurs de camion actuels et à attirer de nouvelles ressources.                                                   
  4. Une offre de formation et de qualifications inadéquate – Au Royaume-Uni, le « coût financier de l’obtention d’un certificat d’aptitude professionnelle (« CAP ») par un conducteur de camion a été classé comme le plus grand obstacle à leur recrutement par les répondants » lors d’une « enquête sur les gestionnaires de transport » de l’association britannique du transport de marchandises (Freight Transport Association, FTA) en juin 2015. Un critère suivi de près par le « manque de programmes d’apprentissage ». Le rapport logistique 2016 de la FTA a également mentionné que « seule la moitié environ de ceux qui passent les épreuves du CAP, les réussissent ».

Dans une étude pilote de l’UE intitulée « Rendre le secteur des transports de l’UE attrayant pour les générations futures », les experts de l’industrie polonaise ont conclu que les problèmes de formation découragent les conducteurs de camion potentiels. Ils ont cité « le coût, la nature chronophage et la complexité de l’obtention des qualifications nécessaires. » Les frais de cours et d’examen équivalent à deux ou trois mois de salaire en Pologne.

  1. La technologie de camion autonome – Un problème ou une solution ? Un rapport conjoint, publié en mai 2017, par quatre groupes de transport européens, y compris des syndicats et des associations industrielles, prévoit une réduction de 50 % à 70 % des emplois liés à la conduite en Europe et aux États-Unis d’ici 2030 en raison de cette technologie. Sur les 6,4 millions d’emplois de chauffeurs attendus d’ici 2030, le rapport a constaté que 3,4 à 4,4 millions d’entre eux deviendraient « superflus », si des camions sans chauffeur étaient déployés rapidement. José Viegas, secrétaire général du Forum international des transports, a déclaré que les camions autonomes s’attaqueraient à la « pénurie émergente » de conducteurs professionnels rencontrée par l’industrie du camionnage, en particulier en Europe. Le rapport identifie également les moyens par lesquels les gouvernements et l’industrie peuvent aider les chauffeurs de camion au cours de la transition vers les camions autonomes (source : FleetOwner).

L’arrivée des camions autonomes semble inévitable. Cependant, l’échéance de cette transition n’est pas clairement déterminée, les projections variant de quelques années à quelques décennies. Cette incertitude ne facilite pas le recrutement d’une nouvelle génération de camionneurs, qu’ils soient issus de la génération Y ou de tout autre groupe démographique ou bien qu’il s’agisse de femmes.

Heureusement, il existe un ensemble de solutions pouvant vous aider à faire face à la pénurie de chauffeurs routiers. TIP Trailer Services les partagera avec vous dans le document Des solutions pratiques contre la pénurie de chauffeurs routiers — 2e partie !

Pour ne pas manquer cette 2e partie, suivez-nous sur les réseaux sociaux : LinkedinTwitter et Facebook.

 

2018/02/05

Partager cet article

      

"TIP et PEMA unissent leurs forces alors que PEMA fait désormais p..."

TIP Trailer Services annonce aujourd’hui l’acquisition de PEMA GmbH, entreprise spécialisée dans l...

2019/12/02

"Comment maintenir vos semi-remorques en bon état pendant leurs d..."

Vous envoyez vos semi-remorques livrer des marchandises à travers toute l’Europe. Cependant, vous crai...

2019/11/26

"Que diriez-vous de bénéficier de 1 200 mécaniciens et d'un entr..."

Avec la complexité croissante des semi-remorques et des camions due aux nouvelles technologies et à la ...

2019/11/21